- Les actualités sportives

Rencontre avec Hugo Rivail, biathlète sur le circuit IBU Cup

Hugo Rivail biathlon

Hugo, parle nous de ton sport, le biathlon :

Le biathlon est une discipline d’origine militaire qui allie deux sports radicalement opposés, le ski de fond et le tir à la carabine. L’enjeux est de combiner un effort intense de ski de fond et le calme du tir de précision dans deux positions : couché et debout.
Pour réussir l’épreuve du tir, on doit abattre le plus rapidement possible 5 cibles situées à une distance de 50 m et d’un diamètre de 4,5 cm pour la position couchée et 11,5 cm debout.

Quelles qualités sont nécessaires pour le pratiquer ?

C’est un sport qui demande beaucoup d’entrainement, de rigueur et d’implication car le tir est une discipline très compliquée qui demande énormément de pratique pour être maîtrisée. 

Qu'est-ce que tu aimes particulièrement ?

J’adore le tir parce que c’est une perpétuelle remise en question. Je dois trouver ma méthode dans toutes les conditions et rester concentrer à 100 % pour chaque balle tirée. C’est un exercice difficile mais se challenger pour toujours faire mieux, c’est ce qui me motive ! 

Quelles sont les différentes compétitions de biathlon qui existent ?

Le biathlon est composé de 5 épreuves :

  • Le sprint : c’est l’épreuve reine.
    Les biathlètes s’élancent individuellement toutes les 30 secondes pour réaliser 10 km en ski entrecoupé de 2 tirs (couché, debout). Pour chaque balle manquée, un tour de pénalité de 150 m doit être effectué.

  • La poursuite : le principe est de prendre les résultats du sprint pour constituer la liste de départ.
    C’est une épreuve à confrontation direct de 12,5 km et 4 tirs (couché, couché, debout, debout). Pour chaque balle manquée, un tour de pénalité de 150 m doit être effectué.

  • L’individuel : l’épreuve historique.
    Comme son nom l’indique, chaque athlète s’élance 1 par 1 pour 20 km de ski et 4 tirs (couché, debout, couché, debout). Pour chaque erreur au tir, 1 minute de pénalité est ajouté au temps de course.

  • La mass start : 30 biathlètes s’élancent en même temps et réalisent 15 km et 4 tirs (couché, couché, debout, debout). Le premier arrivé gagne l’épreuve. Pour chaque balle manquée, un tour de pénalité de 150 m doit être effectué.

  • Le relai : plusieurs équipes composées de 4 biathlètes s’affrontent sur une piste de 7 km pour les hommes et 6 km pour les femmes. Les relayeurs doivent réaliser 2 tirs (couché, debout). Pour chaque tir les biathlètes disposent de 3 balles supplémentaires, les balles de pioche, pour abattre leurs 5 cibles.

En catégorie Senior, il existe deux niveaux de compétitionla Coupe du monde, le plus haut niveau mondial et IBU Cup qui équivaut au second niveau mondial. J’évolue dans sur le circuit IBU Cup mais j’espère pouvoir rapidement monter en Coupe du monde. 

Quels sont tes résultats pour la saison 2020/2021 et ton plus beau souvenir ?

Mon plus beau résultat est ma victoire en IBU Cup sur l’individuelle à Obertillach (Autriche). Cette même semaine, je réalise également une 3eme place sur l’épreuve du sprint. Après une saison en dents de scie, pouvoir réaliser de telles performances c’est un sentiment incroyable. 

Quelles sont les différentes phases d'entraînement dans l'année (été/hiver) ?

Il y a cinq phases d’entrainements dans une saison :

  • La première de mi-mai à fin juin où l’objectif est de reprendre les entrainements progressivement et à faible intensité.

  • La deuxième phase, du mois de juillet au mois d’aout, c’est la période où l’on s’entraine le plus, entre 18h et 23h par semaine. L’objectif est de faire beaucoup de volume à faible intensité avec 2 séances de musculation par semaine. 

  • La troisième phase, du mois de septembre à mi-novembre, est celle où l’on réduit progressivement le volume horaire tout en augmentant l’intensité.

  • De mi-novembre à fin mars c’est la partie que je préfère : la saison d’hiver. L’entrainement est fait, l’objectif est de réaliser les meilleurs performances à chaque courses et d’optimiser à récupération parce qu’il peut y avoir jusqu’à 3 courses par semaine. 

  • La dernière phase au mois d’avril, c’est le repos complet pour recharger les batteries avant de repartir sur une nouvelle saison. 

Comment gères-tu la nutrition sur les épreuves et durant tes entraînements ?

J’ai toujours de l'Authentic Booster + dans ma gourde, que ce soit pour les entrainements ou pendant les courses.

Mon rituel de compétition commence quatre jours avant avec l’Authentic Carbo Powder.
Le jour de la course, je bois une gourde d’Authentic Booster+ avant le départ et je mange une barre Flapjack 1h30 avant le départ.
Après ma course, je prends immédiatement une gourde d’Authentic Récup avec une demi-gourde de Booster+Pour optimiser la récupération d’après course, mon conseil est de prendre les produits dans les 20 min après l’effort.

Hugo Rivail biathlon

Partager cet article

commentaires

Aucun commentaire pour le moment.